mardi 19 août 2014

Et à part ça ... / And also ...

Les barèmes salariaux des salariés sous contrat à durée indéterminée ou sous contrat à durée déterminée ont changé depuis mars dernier. Vous pouvez les consulter ici. Les montants sont bruts et les salaires minimums mensuels ou journaliers correspondent à une durée de travail de 151,67 heures. Sur ce site un menu a été rajouté pour une navigation plus simple.

The minimum wages in the animation field have changed since march. The new list is here.

Je n'ai jamais été au Festival de Krok mais beaucoup de gens qui s'y sont rendus ont apprécié. Aujourd'hui avec le conflit en Ukraine le festival a vu son financement aussi bien du coté russe qu'ukrainien fortement baissé. Ils ont donc lancé un crodwfunding via Indiegogo ici

I've never been to Krok Festival but a lot people who went there really liked it. Today with the conflict going on in Ukraine the festival have less funding from Russia and Ukraine ... So they launched a crowfunding via Indiegogo here

mercredi 13 août 2014

Vous avez aimé Plug and Play

et bien Michael Frei le réalisateur continue dans son obsession des doigts. Avec Mario von Rickenbach, créateur de jeu vidéo, ils ont mis au point une application pas mal barré qui s'appelle "Simulateur de doigts" ...

Plus d'infos ici et pour y jouer (en ligne ou appli)

lundi 11 août 2014

Pour peut-être participer au Festival Animateka / Your film in Animateka ?

il faut inscrire votre film avant le 15 septembre et bien sur espérer qu'il soit sélectionné :)

Pour ça il faut aussi que vous soyez sélectionnable dans l'une des trois catégories compétitives: Compétition Europe de l'Est et centrale (Slovenie, Italie, Suisse, Autriche, Hongrie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Montenegro, Kosovo, Macédoine, Albanie, Grèce, Chypre, Bulgarie, Roumanie, Moldavie, Slovaquie, République tchèque, Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie et Ukraine - j'ai trouvé cette liste de pays dans la news de Zippy frames car je n'ai pas trouvé d'indications sur le site), Compétition internationale de films jeune public, Compétition Européenne Films d'études. Pour vous inscrire c'est ici

Well you have to apply first before september 15th and to be part of the three competitions: Central and eastern european competition short, International competition films for children and European student competition. To apply it's here and if you want more information please check the news from Zippy frames

samedi 9 août 2014

Il s'agissait

Bon les tests et autres quizz ça marche jamais vraiment sur Zewebanim donc la réponse :)



Cette image devait vous faire penser au dernier film de Priit et Olga Parn Le Retour des aviateurs (seul image que j'ai pu trouver sur le net malheureusement pas la plus probante pour le lien entre les deux films ... )



Et l'image en noir et blanc provient du film Paris-Flash de Champeaux et Watrin réalisé en 1960

Merci à Antoine Lopez pour l'image

It was a post before I begin to write the news also in english but with the first image you have to think of a new film. It was of course the last film of Olga and Priit Parn. And the black an white image is coming from a french film "Paris Flash" made by Champeaux and Watrin (1960)

mercredi 6 août 2014

Ok and now also a little bit of english ...

I know that today to talk on the internet, especially when you talk about something specialized like animation, you have to publish in english. Because it's great that more people can read what you're trying to talk about. So I don't know if I will be able to do that with all my articles but i will try to have somme few words in english to explain what the article is about. As english is not my first language I hope you will forgive the mistakes and i'm not a journalist or a writer i will write like I speak :) ... but it the same in french ...

So if you speak english hope to see you around sometimes :)

Encore du boulot suite ...

Un article de Cartoon Brew sur une nouvelle série produit par Disney Télévision, Star Vs. The Forces of Evil, nous rappelle qu'en 30 ans et plus de 50 séries produites, seul deux - dont cette dernière - sont des séries imaginées par des femmes sans co-créateurs. De son coté il aura fallu 20 ans à Cartoon Network et Steven Universe pour le faire ...

jeudi 31 juillet 2014

Agenda AFCA du mois d'août

à consulter ici

JAPIC Animation Artist in Residence 2015 Program

vous avez entre 20 et 35 ans, ça vous direz bien de partir au japon pour commencer un nouveau projet lors d'une résidence de 70 jours là-bas ? Et bien vous pouvez vous inscrire jusqu'au 10 septembre. Toutes les conditions et infos ici

Science Saru le nouveau studio de Masaaki Yuasa

est bien implanté sur la toile avec notamment une chaine Vimeo et plein d'autres liens que vous trouverez dans la news de Catsuka sur le sujet.

Monty Python live (Mostly)

Bon je l'ai vu quand il est passé en direct sur Arte en grand fan quand même des Monty Python. Beaucoup de parties chantées et dansées par une troupe, et ça ne m'intéresse pas du tout et certains sketchs sont un peu poussifs mais il y a quelques beaux moments entre eux. Plus pour le plaisir de les voir sur scène ensemble. Bon pour très grands fans uniquement je pense. Arte vient en tout cas de sous-titrer le spectacle que vous pouvez voir ici

Et comme ils l'ont pas fait voilà l'un de mes sketchs préférés ... :)

mardi 29 juillet 2014

Parabella, nouveau studio d'animation

et qui vient d'être créer par Mikey Please and Daniel Ojari, tous les deux sortant du Royal College of art et le premier est notamment le réalisateur de l'excellent film de fin d'études The Eagleman stag. Le site du studio ici. A noter qu'ils ont aussi une chaine Vimeo où vous retrouvez leurs travaux de commande mais aussi le dernier film en date de Mikey Please Marilyn Myller (la même technique que Eagleman stag mais beaucoup moins intéressant pour moi au niveau de l'histoire et de la manière dont elle est menée).

dimanche 27 juillet 2014

(This is not) A Dream, spectacle de lanterne magique

Je ne sais pas grand chose sur ce spectacle je l'ai découvert en regardant le programme à venir des concerts de la Cité de la musique. Sur des musiques de Cage et Satie Louise Moaty met en scène un spectacle de lanterne magique. C'est le 24 septembre à 20h. Plus d'infos ici. Et une petite bande annonce d'un spectacle précédent est disponible ici

Le Royaume des rêves et de la folie, un documentaire mi-loupé, mi réussi

Il y a quelques jours, à contre cœur, car forcément une mise en ligne pirate, Marc Aguesse donnait sur Facebook un lien vers une version sous-titrée anglais sur You Tube du documentaire " The Kingdom of dreams and madness" réalisé par Mami Sunada et consacré au Studio Ghibli pendant la préparation du Vent se lève d'Hayao Miyazaki et Le Conte de la princesse Kaguya d'Isao Takahata.

Aujourd'hui la vidéo a été supprimé.

J'avais loupé le film à Annecy car il est passé le samedi matin et j'animais mes Rencontres. Une projection a été rajouté mais au dernier moment et je n'étais pas au courant ... bon je me suis rattrapé en le voyant donc sur You Tube ...

Soyons clair ce documentaire est loupé si il est censé s'intéresser au Studio Ghibli. Nous n'en avons qu'une approche très légère avec quelques moments autour de Toshio Suzuki et des produits dérivés, ou bien un meeting autour de la relation du studio avec Nippon TV. Un moment intéressant en rapport avec le rôle de Suzuki au sein de Ghibli est un court moment avec Goro Miyazaki dans lequel ce dernier se demande pourquoi il réaliserait un projet ...

Bon il est compliqué de parler d'un studio comme Ghibli. C'est un studio complexe entre le désir artistique notamment des deux personnalités fortes que sont Takahata et Miyazaki, et par l'importance pour ce type de studio de rapporter aussi de l'argent à travers notamment le merchandising ... Pas évident de réussir à parler de tout ça, d'autant plus à ce moment de l'histoire du studio alors que sortent peut-être les deux derniers films des deux réalisateurs phares du studio et qu'aucun réalisateur n'a réellement été trouvé pour prendre la suite.
D'ailleurs plutôt que de chercher du coté masculin il aurait été intéressant que l'avenir du studio passe plutôt par des réalisatrices. Non non pas pour forcément continuer dans le sujet de Femmes et animation mais tout simplement pour créer peut-être un véritable changement dans la créativité du studio, renouveler peut-être les styles, les idées, les histoires ...

Mais si le documentaire est censé nous parler du travail de Takahata. Là le film est plus que loupé, c'est presque une insulte au génial réalisateur de Pompoko et de Kaguya. Alors je ne sais pas si le réalisateur n'a pas voulu jouer le jeu mais il n'apparait qu'à la fin du film et pendant tout le long du film Suzuki, Miyazaki ... le présentent presque uniquement comme quelqu’un de fainéant qui n'a visiblement pas envie de finir son film. Seul Yoshiaki Nishimura, le producteur de Kaguya (Suzuki ne pouvant assurer le rôle sur les deux films) parle quand même de l'importance d'Isao Takahata dans la carrière de Miyazaki et dans les débuts du studio.
On ressent bien la complexité de la relation entre Miyazaki et Takahata lors d'un passage où la voix off de la réalisatrice explique bien que Miyazaki ne passe pas une journée sans parler de Takahata. Un jour en bien, un jour en mal ... Un documentaire entier pourrait être produit sur la relation entre ces deux géants. mais bien sur ce n'était pas le but de ce documentaire et il est déjà intéressant de le voir esquissé.

Ce qui est gênant et rès décevant c'est qu'on ne parle pas du tout de la création de Kaguya. Encore une fois est-ce un véto de Takahata lui-même. N'aurait-il pas été possible de parler avec ses collaborateurs sur le film. Il y avait surement des possibilités. Certes Takahata, pas mal de gens le confirment, peut-être comme on le voit dans le film, il peut partir plusieurs heures dans la journée, ne pas être dans la dynamique d'un studio ... Mais en voyant le film j'avais l'impression que la réalisatrice avait finalement utilisé uniquement cette partie de la personnalité du réalisateur et n'a pas essayé d'aller un peu plus loin. Takahata nous a donné suffisamment de chef d’œuvre pour essayer de comprendre et en tout cas d'effleurer son processus de création.



Cette mise en scène permet à la réalisatrice de jouer avec ça, avec ces trois personnalités (Takahata, Miyazaki, Suzuki) et comme un coup de théâtre s'offrir une des dernières scènes du film avec les trois réunis sur le toit du studio à tourner en rond comme trois lions dans une cage. Certes cette scène est parfaitement mise en scène avec musique et tout. Alors que nous sommes toujours sur le toit avec eux on entend en voix off Takahata dire plein de compliments sur Miyazaki. Takahata n'apparait finalement qu'un peu plus d'1 minute dans le documentaire ...





Takahata reprécise l'importance de Suzuki au sein du studio. On peut en effet se demander quelle direction aurait pris le studio sans lui. Surement plus modeste mais surement passionnant ...

The Kingdom of dreams and madness n'est pas un documentaire sur les studios Ghibli ou sur Takahata, il n'y a ici que les prémisses de ce qu'aurait pu, de ce que pourrait être ces deux documentaires. Non ce film est une ode à Hayao Miyazaki.

Le film porte pourtant finalement assez peu sur le travail du réalisateur. Il y a quelques scènes où on le voit travailler mais assez peu en détails. C'est à travers son caractère que la réalisatrice en fait une ode. Miyazaki doute, s'encourage, reprend espoir, doute, avance ... C'est un génie humain, comme beaucoup d'entre nous aimons les voir. Pas vraiment d'inspiration fulgurante, mais beaucoup de travail. Il est dans son monde et ne fait pas attention aux applaudissements de ses collaborateurs, mais il accorde visiblement beaucoup d'importance au travail avec son assistante. Il y a la parole des personnes travaillant sur le film expliquant la difficulté de travailler avec lui et à la fois c'est pour faire des chefs d’œuvres. On le voit dans la complexité de sa relation entre l'amour qu'il porte aux avions de guerre et sa nature profondément anti-guerre. Des images d'archives, une lettre reçue d'un homme qui lui parle de son père, il s'occupe de choses courantes et fait des déclarations politiques ... Le film aurait du s'appeler la Royaume du doute et de la fragilité.
D'ailleurs ce doute et cette contradiction quasi constants qui parsèment le film sont pour moi la base même du film Le Vent se lève. Se demander finalement qu'elle est l'utilité de sa création, pourquoi fait-on quelques chose qui est pourtant une passion, une nécessité de vivre ... d'où l'importance d'essayer de plus s'impliquer dans des actions de tous les jours comme aider tous les dimanches à nettoyer une rivière par exemple



"Ce que je veux dire, c'est comment savons nous que les films sont nécessaires (valent la peine)"

Si le film est intéressant c'est donc grâce à ça, il montre un Miyazaki terriblement humain. Normal me direz-vous ? Oui mais tant de documentaires essayent juste de sublimer le travail des créateurs qu'il est toujours intéressant de voir aussi la complexité de la création.

vendredi 25 juillet 2014

Women in animation

Comme me le dit Clémence dans les commentaires je n'ai peut-être pas suffisamment parlé de Women in animation que je n'ai cité qu'une fois dans mes articles. Étant plutôt proche des productions télés et longs les problématiques souvent soulevées par le collectif me semblait moins intéressantes. Mais en complément de l'article d'il y a deux jours il est évident que remettre le lien direct de Women in animation, dont on espère qu'une branche francophone devrait peut-être voir le jour, est important.

Le site Women in animation

jeudi 24 juillet 2014

A quel film récent vous fait penser cette image ?

Bon facile pour ceux qui ont été au dernier Festival d'Annecy le film en question était en compétition ... mais plus difficile est-ce que vous savez de quel film des années 60 est tirée cette image ? Image envoyée par Antoine Lopez merci à lui :)